Recherche |

Programmes en cours

Programme archéologique de Monte Albán, Oaxaca, Mexique

Présentation du site

Image1

Monte Albán est situé aux alentours de la ville d’Oaxaca, capitale de l’État du même nom. Le site est localisé au sommet d’une colline dominant d’environ 400 mètres la fertile vallée d’Oaxaca qui s’étend à une altitude de 1.550 m. au dessus du niveau de la mer. De coordonnées 17° 02’ de latitude Nord et 96° 46’ de longitude Ouest, Monte Albán est une colline qui a été façonnée par l’homme à partir de l’an 500 avant J.-C., afin d’y installer un complexe architectural où voisinent constructions religieuses, édifices politiques, places publiques, palais résidentiels et nécropoles, le tout distribué sur quelque 500 hectares.

Monte Albán est entré très tôt dans la littérature scientifique mexicaine, puisque la première description du site, due à Guillaume Dupaix, date de 1806. Monte Albán est surtout connu pour avoir fait l’objet de recherches intensives de la part d’Alfonso Caso de 1931 à 1949. C’est à cette époque que se firent l’exploration de la grande esplanade avec ses monuments riches en iconographie et la fouille des résidences abritant des tombes qui sont devenues célèbres par leurs peintures murales et par le matériel funéraire qu’elles contenaient.

C’est également à Alfonso Caso que nous devons l’interprétation de Monte Albán comme capitale de la « culture zapotèque », établie dans la chronologie entre −500 et + 800. La découverte de la Tombe 7, remplie de matériel nahua d’Epoque V, l’amena à considérer que Monte Albán avait connu une réoccupation tardive appelée « mixtèque ». Evidemment, en 80 ans, notre vision de l’occupation culturelle de Monte Albán a beaucoup changé. On considère aujourd’hui que Monte Albán est, depuis l’origine, plutôt une capitale multiculturelle. Mais, depuis 1949, très peu de travaux archéologiques ont eu lieu sur le site même et l’approche de Caso, fortement datée, demeure néanmoins une référence très prégnante dans la littérature scientifique.

En 1987, l’UNESCO a inscrit le site de Monte Albán au patrimoine culturel de l’humanité. En 1992-1993, un projet présidentiel a permis une ambitieuse restauration des monuments et la réalisation d’un musée de site d’excellente facture. Depuis, l’accent a été mis sur la maintenance et la protection des vestiges, de façon à pouvoir accueillir les quelque 650.000 visiteurs qui se pressent annuellement sur le site

Image2

Plan de situation de Monte Albán, au cœur de l’État de Oaxaca, Mexique

Monte Alban 2010 166

Vue générale de la vallée depuis le Système 7 Venado, vers l’ouest

Image3

Le projet «  Sistema 7 Venado »

En juillet 2009, l’INAH a proposé à Christian Duverger de venir fouiller à Monte Albán dans le cadre d’un accord bilatéral avec Mme Nelly Robles, directrice de la Zone archéologique de Monte Albán. Il m’a été offert de consacrer un nouveau programme à un ensemble architectural dénommé « Sistema 7 Venado ».

Le Sistema 7 Venado  est un ensemble architectural localisé à 400 m. au sud de la Plateforme Sud de Monte Albán. Il se trouve à l’altitude moyenne de 1890 mètres, environ 30 mètres en-dessous du niveau de la Place centrale. Le Sistema 7 Venado tire son nom d’un linteau gravé portant un signe chronologique interprété comme 7 Cerf. C’est Ignacio Bernal, alors jeune assistant d’Alfonso Caso, qui dénomma ainsi cet ensemble architectural. Jusqu’en 2009, ce complexe était considéré comme une sorte d’extension tardive du site, datée de l’Epoque V (période mixtèque).

Le noyau de cet ensemble est composé d’un patio carré de 35 mètres de côté, borné par des monticules sur ses 4 côtés. Au sud de ce patio, s’élève le Temple 7 Cerf où a été identifié le linteau gravé. A l’est de ce patio, en contrebas, s’étend une place rectangulaire délimitée par un monticule allongé. Dans l’angle sud-est se dresse une imposante pyramide.

La découverte du linteau en 1932 a fait suite à une dénonciation de pillage. Bernal se contenta de prendre le relevé du linteau et de procéder à une consolidation succincte. Par la suite, nous savons que Rubin de la Borbolla entreprit en 1938 de faire quelques sondages dans cette zone. Mais ses rapports de fouille n’ont jamais été retrouvés.

Image4

Copie de DSC08672

Détail du linteau ayant donné son nom au « Sistema 7 Venado »

Image5

Il fallut attendre 1999 pour que soit entreprise la consolidation du Temple 7 Cerf, endommagé par un tremblement de terre.

Mais l’ensemble du Sistema 7 Venado n’a pas fait l’objet à ce moment-là d’une exploration archéologique en règle. Le Temple a concentré les mesures de conservation préventives et le linteau demeuré in situ a été placé dans un caisson de protection ; il est aujourd’hui protégé par un ensevelissement qui le dissimule à la vue.

C’est donc une aire relativement vierge sur laquelle il nous a été proposé de travailler. Elle a fonctionné comme une sorte de réserve archéologique, intentionnellement laissée en sommeil durant 70 ans. Y revenir travailler aujourd’hui, alors que notre vision du monde méso-américain a subi tant de changements, et que les méthodologies d’approche du terrain se sont complètement renouvelées, est un projet hautement stimulant, porteur d’une forte attente en termes de valeur ajoutée.

La mise en œuvre de ce programme est conforme à l’esprit de la convention signée en 2005 entre l’Institut National d’Anthropologie et d’Histoire du Mexique (INAH), l’EHESS et l’Université Paris –Sorbonne (Paris IV). Il s’agit d’un projet bilatéral qui intègre la participation d’archéologues mexicains appartenant à l’INAH et à l’UNAM. Il s’attache à la formation de jeunes archéologues du niveau de master et de doctorat. Il est cofinancé : au côté de la contribution du MAE viennent s’ajouter celles de l’EHESS, de l’Université Paris IV, de l’INAH et de l’UNAM. Enfin, en raison de l’extrême visibilité du site, ce programme ne manquera pas de déboucher sur des publications et sur un important volet de diffusion. Il faut ajouter que l’équipe française bénéficie à Monte Albán de conditions de travail sécurisées. Elle a de surcroît à sa disposition des locaux de travail au siège de l’Institut de Recherches Esthétiques de l’UNAM installé dans la ville d’Oaxaca.

Pour citer ce document

, «Programme archéologique de Monte Albán, Oaxaca, Mexique», cerap [En ligne], Recherche, Programmes en cours, mis à jour le : 10/10/2013
, URL : http://cerap.ehess.fr/index.php?312.
EHESS
PARIS IV

flux rss  Actualités

Jalh Dulanto de l'Université catholique de Lima

Professeur invité par Christian Duverger au CRAP.

Lire la suite

Conférence de Sergio Gomez

Conférence exceptionnelle organisée par le Centre de recherche sur l’Amérique préhispanique (CeRAP) dans le cadre de l’enseignement de M. Christian Duverger, directeur d’études à l’EHESS. Cette conférence sera donnée par M. Sergio Gómez, archéologue à l’INAH (Mexique), directeur du Projet Teotihuacan et portera sur ses travaux les plus récents : « Premiers résultats de l’exploration archéologique du tunnel de la Ciudadela, Teotihuacan ».

Lire la suite

La mission archéologique Animas Altas, Ica, Pérou : anthropologie d'un centre urbain Paracas

Extrait : Dans le cadre des programmes de recherche archéologique du CeRAP, Aïcha Bachir Bacha présentera une conférence intitulée : La mission archéologique Animas Altas, Ica, Pérou : anthropologie d'un centre (...)

Lire la suite

Paracas Nécropolis

Cycle de conférences d'Ann Peters, archéologue invitée à l’EHESS.

Lire la suite

L'épigraphie, du signe au sens : l'exemple du déchiffrement des glyphes mayas

Émilie Jacquemot, (EHESS-CRAP, Centre de Recherches sur l'Amérique préhispanique) a mené une mission à Copan en novembre 2004 dont l'objectif était de procéder à un nouveau relevé épigraphique des glyphes mayas.

Lire la suite

Coordonnées postales :

CeRAP, EHESS

10 rue Monsieur-Le-Prince, 75006 Paris.

Tél. : 01.53.10.54.47 – Fax : 01.44.41.46.79

cerap@ehess.fr